logo Entraide et Fraternité

Amon Nos Hôtes

Suzanne, Pierre et les autres y reçoivent bien plus qu’un repas chaud

Il est 17h30, dans la cafétéria sociale d’Amon Nos Hôtes, tout un petit monde s’active pour offrir un espace d’accueil agréable à des personnes isolées et en grande précarité. Ici, dans une ambiance conviviale, des personnes démunies ou sans abri mangent ensemble des sandwiches garnis et de la soupe, pour une somme modique.

C’est bien plus qu’un repas au chaud que viennent chercher ici suzanne, Pierre et les autres. Cette association liégeoise veut surtout être un tremplin, un soutien pour permettre aux gens en difficulté d’aller vers autre chose.

Emilie nous explique que les personnes ne sont pas seulement des consommateurs mais qu’elles sont activement associées au projet par le travail qu’elles fournissent au snack et la responsabilité qu’elles prennent dans les activités mises en place. « L’association donne, en effet, la possibilité à ceux qui le souhaitent de devenir bénévoles. Ce statut leur donne une forme de fierté. Car un travail ne sert pas seulement à obtenir un salaire mais aussi à se sentir valorisé et à se construire une vie sociale ». Certains d’entre eux ont vécu plusieurs années dans la rue, d’autres ont perdu leur emploi et ont basculé dans la pauvreté ou se remettent d’une longue maladie. Via l’accueil et la cafétéria se déve-loppent des activités socioculturelles et ocioprofession-nelles. Grâce à l’effet d’entraînement du groupe, une partie des bénévoles entament une formation et/ou retrouvent un emploi.

Ce projet subit aussi les effets de la crise et, depuis quelques mois, n’a plus les moyens suffisants pour rester ouvert le samedi. Cela signifie que des centaines de personnes sont privées de repas, du vendredi soir au lundi soir et, surtout, privées de liens sociaux et d’un endroit convivial pendant tout le week-end. Vivre Ensemble soutient ce projet depuis quelques années car il offre un réel tremplin aux personnes les plus précarisées. Votre soutien leur permettra-t-il de rouvrir le samedi, surtout durant la période hivernale, par-ticulièrement difficile pour les plus précarisés ?

JPEG - 22.7 ko




Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr