Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

MIGRANTS - SOCIÉTÉ

Des Afghans qui secouent notre démocratie

Les Afghans de l’église du Béguinage à Bruxelles réveillent la solidarité des citoyens et interrogent notre démocratie. Quand on parle de droits humains, y a-t-il deux poids, deux mesures ?

Décembre 2013. En plein cœur de Bruxelles, à deux pas du marché de Noël de la place Sainte-Catherine où l’ambiance de fête bat son plein, l’église du Béguinage nous ouvre à un autre monde, une autre réalité.

À l’entrée, des panneaux nous accueillent :

"Dans cette église sont réfugiés des femmes, des hommes, des enfants venus d’Afghanistan pour chercher protection en Belgique. Ils ne peuvent pas rentrer dans leur pays en guerre et la Belgique refuse de les accueillir ».

« Une politique migratoire humaine et cohérente ne fait pas du chiffre […] elle reconnaît avec justice tous ceux qui ont droit à une protection et accorde un séjour permettant de travailler et de vivre dignement à tous ceux qui sont en danger. Nous soutenons le collectifs des afghans qui résistent contre les expulsions ».

En quelques mots, tout y est dit : le retour impossible car dangereux, la non-reconnaissance du droit à l’asile, l’accumulation des réponses négatives aux demandes répétées du statut de réfugié, l’angoisse d’un retour forcé ainsi que la présence de groupes et d’organisations belges qui les soutiennent.

En 2013, trente-cinq afghans ont été contraints au retour en Afghanistan. L’un d’entre eux au moins est mort, assassiné par les talibans dans les semaines qui ont suivi son retour. Il s’appelait Aref, il avait 21 ans. Les témoignages des Afghans concordent tous : ceux qui ont vécu en Europe ne peuvent pas rentrer, ils sont considérés par les talibans comme des convertis aux principes occidentaux et de mauvais musulmans. Pour eux, rentrer au pays, c’est se condamner à mort .
Lire la suite

Des Afghans qui secouent notre démocratie
TéléchargerConsulter

A voir en lien avec cette analyse : "En quête de sens", avec notamment Jacinthe Mazochetti, anthropologue... en attendant notre émission "Juste Terre !" du 4 février.





Articles en rapport

2 mai 2018    Radio

L’Église hospitalière

S’appuyant sur l’Évangile, le pape François a fait de la question brûlante des migrants le centre de son pontificat.
12 mars 2018    Analyses

Le chemin de croix des migrants : l’Église hospitalière

« J’étais étranger et vous m’avez accueilli » (Matthieu, 25, 35) : s’appuyant sur l’Évangile, le Pape François a fait de la question brûlante des migrants le centre (...)
30 décembre 2017    Analyses

Ouvrir sa porte aux migrants : une révolution silencieuse ?

Volontariat, citoyenneté
La politique migratoire du gouvernement belge a rendu plus active encore la réaction des citoyens désireux d’héberger les réfugiés arrivés à Bruxelles. Que cache (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr