logo Entraide et Fraternité

Des chiffres étonnants

Jusqu’il y a peu, on savait que les volontaires existaient, mais on ne pouvait qu’évaluer leur nombre, faute de statistiques récentes (la dernière enquête datait de 2007).

On estimait qu’il y avait en Belgique entre 1 et 1,4 million de bénévoles. Fin 2014, un volet « bénévolat » a été ajouté à l’enquête annuelle sur les forces de travail menée par le Service Public Fédéral Économie. À l’initiative de la Fondation Roi Baudouin, une étude universitaire [1] a interprété les données recueillies lors de cette enquête menée auprès de 10000 personnes. Qu’y apprend-on ? Que plus de 1,8 million de personnes font du bénévolat (au sens large), soit près d’un Belge sur cinq, et que 1 166 000 personnes correspondent à la définition légale du volontaire. Cela représente 12,5% de la population belge âgée de plus de 15 ans. Ce pourcentage, déjà remarquable, est encore plus élevé dans d’autres études : « l’étude : Eurobarometer menée au plan européen auprès d’un échantillon de personnes aboutit en 2011 pour la Belgique à un taux de bénévolat global (dans et hors organisations) de 26% » [2]

JPEG

© Photo : Entraide de Blocry asbl Copyright

Le volontaire, on l’imagine souvent avec des cheveux poivre-et-sel, aisé, pétri de bonnes intentions et farci de paternalisme. La dame patronnesse de Jacques Brel, qui aurait troqué le tricot en couleur caca-d’oie [3] contre le colis alimentaire. Les chiffres issus de l’enquête de 2014-2015 nous réservent à ce sujet quelques surprises. Par exemple, les jeunes de 15 à 29 ans font proportionnellement plus de volontariat que les plus de 60 ans (12,9% contre 10,3%). Ou bien : les hommes sont aussi nombreux que les femmes dans les activités de volontariat. Ou encore : les plus actifs dans ce domaine sont les 40-49 ans (14,8%). Le volontariat, un truc de chômeurs ? Pas du tout ! Les personnes qui ont un emploi en font plus que les autres catégories de la population (à l’exception des étudiants) [4].

Évidemment, le volontariat n’est pas l’apanage du secteur de la lutte contre la pauvreté : il s’exerce
- dans le milieu sportif (24,5%),
- dans la culture et les associations socioculturelles (19,9%)
- dans les services sociaux (19,7%)
- dans l’éducation, la formation et la recherche (16,8%)
- dans les associations de jeunesse (10,8%)
- dans la défense des droits et intérêts (10,3%)

Cette diversité de secteurs, à laquelle on peut ajouter notamment les soins de santé et les organisations religieuses, explique en partie le caractère surprenant des chiffres ci-dessus.

Dans les pages qui suivent, quand on parlera de volontaires ou de bénévoles, il s’agira des volontaires engagés dans des associations de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale.



[1Consultable ici : https://miniurl.be/r-1em3 , sur le site de la Fondation Roi Baudouin.

[2Fondation Roi Baudouin, Le volontariat en Belgique, chiffres clés. Octobre 2015, p.24

[3« Pour faire une bonne dame patronnesse, Mesdames, tricotez tout en couleur caca-d’oie, ce qui permet le dimanche à la grand-messe de reconnaître ses pauvres à soi » (Jacques Brel, La dame patronnesse).

[4D’après « Le volontariat en Belgique, chiffres-clés et analyses », dans Zoom, Fondation Roi Baudouin, oct.2015.



Articles en rapport

Un engagement pas toujours facile

Là n’est pas la seule difficulté des volontaires car, on l’imagine bien, tout n’est pas rose au royaume du volontariat.
20 novembre 2017    Echos des activités

Riche assemblée associative à Namur

Le 14 novembre à Namur, quatorze initiatives qui luttent contre la pauvreté et l’exclusion sociale dans les provinces de Namur et du Luxembourg ont participé (...)
13 novembre 2017    Agenda    Saint Remy - Ottignies

Assemblée eucharistique

Au programme 10h
Introduction filmée d’un volontariat porteur d’espérances
Ecoute de la Parole de Dieu, porteuse de confiance
Prière eucharistique, (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr