Inscription à la newsletter

logo Entraide et Fraternité
Echos des activités   18 décembre 2017

Welkenraedt

Discussion et débat

Ce mercredi 13 décembre au Sjkull à Welkenraedt, une quinzaine de personnes ont bravé le froid et la torpeur hivernale pour une soirée Volontaire !

Après la projection du film, beaucoup de réactions et discussions à chaud :

  • Ça fait chaud au cœur de voir ça.
  • Je me sens petit devant ça. J’aimerais être comme eux, je ne sais pas si j’y arriverai.
  • Ce qui m’impressionne, c’est la simplicité des gens. Ils font ça simplement comme ça, par humanité. Il y en a beaucoup comme eux, mais on ne le sait pas assez, on ne les montre jamais.
  • C’est bien, mais on se demande ce que fait l’Etat.
  • Ce que j’apprécie, c’est la réciprocité dans les échanges : tout le monde à quelque chose à donner
  • Ce qui est important, au-delà de l’aide, c’est le lien. Surtout le créer du lien.
  • Oser. Il faut oser faire ça. C’est le premier pas le plus difficile.
  • On voit que ces volontaires sont heureux de faire ça. Malgré leurs difficultés, ils s’y retrouvent et ne regrettent jamais.
  • Ce qui est difficile, c’est de s’engager dans la durée.
  • Beaucoup de gens veulent faire quelque chose, mais ne savent pas où s’adresser, comment faire.
  • Chacun peut donner ce qu’il veut comme volontaire, avec ses compétences, ce qu’il sait faire…
  • C’est important de respecter ses limites. On ne sait pas tout faire. Face à toutes les souffrances qu’on voit partout, chacune et chacun fait et amène ce qu’il peut, même si ce n’est qu’une goutte.
  • Est-ce qu’on aurait pu faire ce film à Welkenraedt ou dans les environs ? Toutes les têtes hochent : oui, évidemment.

Et d’échanger sur les réalités locales de précarité et de pauvreté : telle maman, telle famille… Gros souci dans la région : le coût du loyer. « Avec les 900 € que tel jeune gars reçoit du CPAS, il ne peut pas s’en sortir. » Même si on travaille et qu’on gagne un petit salaire. Il y a moins de grande pauvreté dans notre coin, les voisins et le CPAS aident directement … ou alors elle est simplement plus cachée et parfois vécue comme plus honteuse encore que dans les grandes villes comme Verviers ou Liège ?
Focus aussi sur quelques associations locales : le Papot’thé, les 3R, la Saint-Vincent de Paul… Ce qui s’y vit. Notamment le désir dans ces associations d’y faire côtoyer des publics en tout genre, pas seulement des gens étiquetés « en difficulté ». Avec déceptions et succès. Idem pour la volonté de permettre aux « bénéficiaires » de prendre une place active.

Quand on vient pour une demande d’aide urgente (colis alimentaire… manger !), difficile de proposer de participer à des ateliers de cuisine.
Mais il y a de beaux exemples de personnes précarisées elles-mêmes qui s’engagent volontairement dans les projets, quand le contexte le permet.
Oui, les gens qui sont aidés ont souvent un grand désir de donner à leur tour, et sont heureux de pouvoir le faire. (C’est que raconte, documente et illustre d’ailleurs le dossier Vivre Ensemble de cette année : https://vivre-ensemble.be/-Dossier-Volontaires- )

Discussion et débat aussi sur le parcours d’intégration des immigrés. L’utilité, les avantages et les désavantages de le rendre « obligatoire » ou non, et les moyens existants réellement pour le permettre…
Idée pour une prochaine fois : mettre sur pied un parcours social pour que les citoyennes et citoyens de Welkenraedt et région rencontrent concrètement quelques initiatives locales de solidarité, souvent trop peu connues dans leur richesse (humaine)… ?

Ces échanges autour de questions suscitées par le film se sont prolongés encore longuement de façon informelle autour d’un petit verre…

Merci aux participants et merci à l’UP Welkenreadt-Baelen-Membach (et spécialement le doyen Guy Balaes) pour cette soirée !





Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr