Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité

Société

Face à l’injustice sociale : concurrents ou alliés ?

Dans notre société, le discours dominant nous veut autonomes, actifs ; il nous revient de prendre notre vie en main. Ce qui est valorisé, c’est la réussite individuelle. Cette façon d’envisager les choses nous divise et nous met en concurrence : travailleurs et chômeurs, bons et mauvais pauvres. Les uns actifs et méritants, les autres passifs et profiteurs.

Télécharger l’analyse

Concurrents ou alliés
TéléchargerConsulter

Depuis une quarantaine d’années, les risques liés au travail, les aléas de la vie ne relèvent plus de la responsabilité de l’État, qui n’aurait pas fourni les bases nécessaire à une certaine sécurité d’existence, mais de la responsabilité de l’individu lui-même qui n’aurait pas mis en place toutes les conditions pour réussir et atteindre ses objectifs. « Nous sommes dans une société où l’on encense les parcours individuels, a fortiori s’ils démarrent « de rien ». Individualiser, cela signifie notamment nier que les difficultés que vivent les chômeurs ou les bénéficiaires du revenu d’intégration sociale (RIS) ont aussi et souvent d’abord des causes sociales, politiques. »

Ce sont les individus qui sont pointés du doigt alors que les écarts entre les riches et les pauvres se creusent de plus en plus, que les inégalités deviennent normales et permettent aux plus puissants de s’enrichir dans l’impunité la plus totale. « Dans notre partie du monde, le pouvoir total est celui du capitalisme financier ; les modernisateurs sont entre autres ceux qui démantèlent les conquêtes sociales, réforment en appauvrissant, mais aussi ceux qui imposent à toutes les sphères d’activités, les services publics, les associations, d’adopter les règles et les mauvaises mœurs marchandes. »

Ces idées préconçues, alimentées par les médias, divisent et provoquent de la rancœur. On voit aujourd’hui des personnes tenir un discours du type : « Les réfugiés ont droit à des allocations et au logement alors qu’il y a des Belges qui dorment dans la rue ! C’est injuste ! ». Là encore, on oppose deux catégories distinctes de personnes, sans prendre le recul nécessaire pour se demander si elles n’ont pas quelque chose en commun .





Avec le soutien de

Féderation Wallonie-Bruxelles


Lire aussi

30 mars 2020    Analyses

Le ballon rond pour se reconstruire

Alors que les terrains de foot ne sont plus foulés, ni par les joueurs, ni par les supporters, nous vous proposons d’en profiter pour regarder le ballon rond (...)
30 mars 2020    Analyses    Associations

Le défi de la solidarité en période d’isolement

Quand les associations ferment leurs portes...
23 mars 2020    Fondation Roi Baudouin

Aide spécifique en lien avec le Covid 19

Soutien aux organisations qui viennent en aide aux personnes en situation de pauvreté et aux sans-abri.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr