logo Vivre Ensemble
Contre la pauvreté, je choisis la solidarité !

Société

Franchir les frontières : un défi pour le XXIe siècle

Les frontières font partie de notre manière de voir le monde. Qu’elles soient matérielles ou symboliques, elles créent des formes de classement dans la société. Que représentent ces frontières ? Simples outils organisationnels ou instruments de pouvoir ? Outils d’inclusion ou d’exclusion ?

Lire l’analyse complète

PDF - 556.2 ko
Franchir les frontières : un défi pour le XXIe siècle

Qu’est-ce qu’une frontière ? Est-ce une simple ligne entre deux pays, comme on peut en observer dans un atlas ? Ou bien faut-il en placer aussi entre les régions d’un même pays, entre provinces, voire entre entités, entre villages… ? En somme, où place-t-on ces bordures ? Que délimitent-elles ? Sont-elles seulement géographiques ou revêtent-elles une dimension sociale ?

Et surtout, dans un contexte où s’accentuent les tendances extrémistes de toute inspiration, quand ces frontières deviennent-elle problématiques ?

Dans la légende de Romulus et Remus, il est question d’une ligne de démarcation visible, mais la définition des frontières est plus vaste qu’un simple tracé géographique. Il s’agit davantage, selon la description de Michel Agier, anthropologue, d’un « rapport », ou encore « un lieu, une situation ou un moment qui ritualise le rapport à l’autre. »

La frontière détermine aussi la position des gens, elle les situe a fortiori d’un côté ou d’un autre. Ce positionnement peut être spatial, dans le cas de frontières géographiques, mais aussi social, si ces frontières sont de type socioculturel. Ce positionnement peut aussi entraîner une perception stratifiée de la société. Cette catégorisation répond au besoin d’appartenance à un groupe, que chacun peut ressentir. Mais elle génère aussi des rapports de force difficiles à gérer.

Photo d’illustration : Paolo Cuttitta (CC BY 2.0)


Année : 2016