Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Migrants/société

Frontières ouvertes ou Etat providence ?

Analyse de la carte blanche de Bart De Wever

Le 24 janvier 2018, Bart De Wever publiait une carte blanche intitulée « la gauche doit choisir entre des frontières ouvertes et l’Etat providence ». Dans les jours qui ont suivi, au nord comme au sud du pays, les réactions ont été nombreuses. Mais au-delà des réactions « à chaud » à ces propos au ton provocateur, cette prise de position nous en apprend beaucoup sur l’idéologie d’un parti nationaliste et très à droite (la N-VA).

cette analyse ne reviendra pas sur la démonstration que l’économie et la sécurité sociale d’un pays ne souffre pas de l’immigration, comme l’établissent plusieurs études et enquêtes, menées par des organismes et des institutions dont certains ne sont pourtant pas réputées progressistes (comme l’OCDE). Aujourd’hui, on sait que, globalement, l’immigration a un impact neutre, voire positif, sur les finances publiques et qu’elle dynamise l’économie du pays hôte.

Évidemment, en publiant sa carte blanche, Bart De Wever creuse encore le fossé entre ceux qui sont partisans d’une politique d’accueil des migrants et ceux qui veulent fermer les frontières. Mais avec ce texte, il profite surtout d’un sujet sensible, l’immigration, pour s’en prendre à la gauche et à la sécurité sociale qu’il n’aime pas. Et, à cet égard, sa carte blanche doit sans doute être vue comme une initiative électoraliste. Bart De Wever s’adresse moins aux progressistes qu’à l’électorat nationaliste et extrémiste (N-Va et Vlaams Belang) qu’il cherche encore et toujours à séduire.

TéléchargerConsulter




Articles en rapport

14 juin 2018    Analyses

Migrations et développement 2

Les liaisons dangereuses
Dans notre analyse intitulée « Migrations et développement 1 : des situations complexes et variées », nous avions constaté qu’il n’y a pas de corrélation directe (...)
13 juin 2018    Analyses

Migrations et développement 1

Des situations complexes et variées
Le développement est souvent présenté comme une réponse pour limiter les flux migratoires, avec l’idée sous-jacente qu’il permettrait aux individus de trouver une (...)
11 juin 2018    Analyses    SANTE

Les maisons médicales face aux politiques d’austérité

Malgré la sécurité sociale, se soigner coûte cher. Ainsi, même en Belgique, les riches vivent plusieurs années de plus et sont en meilleure santé que les (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr