logo Entraide et Fraternité

Logement

L’habitat groupé : une réponse à la crise du logement

Logement privé trop cher, logement social insuffisant et souvent vétuste, précarisation croissante… habiter à plusieurs peut être une réponse à la crise du logement. Il est temps de reconnaître et d’encourager cette nouvelle forme d’habitat, dans toute sa diversité.

Dans la capitale, la croissance démographique est impressionnante depuis quelques années. En 2020, on atteindra 1,2 million d’habitants. Et on s’attend à une augmentation de 35 % de la population en 2060, qui aggravera encore la pénurie de logements. En comparaison, la croissance sera de 25 % en Wallonie et de 23 % en Flandre, pour la même période.

Comme à Bruxelles, il y aurait en Wallonie de 15 à 30 000 logements inoccupés. A ceux-là, il faut ajouter quelque 5400 logements sociaux vides et 1250 non louables.

Autre chiffre préoccupant : 38 000 personnes sont inscrites sur des listes d’attente en vue de bénéficier d’un des 103 000 logements sociaux existants. Et cette attente peut être interminable. On l’évalue à 7 à 8 ans pour accéder à un petit logement (studio ou appartement à 1 ou 2 chambres) et à 12 ans pour des logements de trois chambres et plus.

Si cela devient si difficile d’habiter seul, parce que les logements à prix raisonnables se font rares, pourquoi ne pas habiter à plusieurs ?

Lire l’analyse

TèlèchargerConsulter




Avec le soutien de


Tags : Logement

Articles en rapport

1er juin 2017    Radio

400 toits pour les sans-abri

Le sans-abrisme n’est pas une fatalité ! Fortes de cette conviction, une dizaine d’associations se lancent le défi de trouver 400 logements pour les personnes (...)
12 décembre 2016    Analyses    Logement

10 ans pour le Projet Bethléem… et des pistes pour le logement à Bruxelles

Le projet Bethléem, créé pour recenser et réhabiliter en logements sociaux des biens d’Église, fêtait en 2016 ses dix ans d’existence. L’occasion de revenir sur (...)
1er juin 2016    Juste Terre !    Mai 2016

Juste Terre n° 128

SANS TOIT, IL N’Y A PLUS DE DROITS ! Charleroi et son cortège de clichés : misère sociale, urbanisme anarchique, clientélisme politique, immobilisme (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr