Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Société - Economie

Le protectionnisme, péché capital du XXIe siècle ?

Libre-échange ou protectionnisme ? S’inspirer du vivant pour trouver le juste équilibre entre ouverture sur le monde et protection de l’économie locale peut s’avérer salutaire.

Le « grand marché européen » depuis 1992, L’Organisation mondiale du commerce (1994) et l’AGCS qui libéralise le commerce des services (1995), la tentative d’Accord multilatéral sur l’investissement (AMI) à la fin des années 90, les Accords de partenariat économiques (APE) signés avec des pays du Sud, le Traité transatlantique sur le commerce et l’investissement (TTIP), le CETA (avec le Canada)… les efforts pour laisser circuler librement les biens, les services et les capitaux ne cessent jamais dans le chef de nos décideurs économiques, suivis plutôt docilement par les décideurs politiques.

Ceux qui s’opposent à ce type d’accords et donc à un libre-échange où le droit de faire du profit l’emporte sur tous les autres droits sont accusés de protectionnisme, mot facilement associé à d’autres « ismes », comme extrémisme ou populisme.

Or, « protectionnisme » n’est pas un mot par nature négatif. Il en va de même pour le mot « libéralisme ». Ce qui est important, c’est de trouver un équilibre entre la protection des économies régionales et la liberté dans les activités économiques… L’échange sans entraves de biens et de services ne peut constituer un but en soi. Relocaliser l’économie ne signifie pas vivre en autarcie, construire des murs de protection, refuser les échanges avec l’étranger ou avec l’extérieur de la communauté concernée.

Lire l’analyse

TéléchargerConsulter




Articles en rapport

CONSEIL PROVINCIAL DE LIÈGE DE LA SOCIÉTÉ DE SAINT VINCENT DE PAUL

Le Conseil Provincial de Liège de la Société de Saint-Vincent de Paul (SSVP) doit faire le lien entre ses septante entités réparties dans toute la province et (...)
16 juillet 2018    Analyses    Transition

Agricovert : quand l’insertion sociale se met au vert

Insertion professionnelle, mixité sociale dans l’entreprise, réflexion sur l’accès pour tous à une alimentation saine… Coopérative à finalité sociale proposant du (...)
6 juillet 2018    Analyses    Migrants/société

Frontières ouvertes ou Etat providence ?

Analyse de la carte blanche de Bart De Wever
Le 24 janvier 2018, Bart De Wever publiait une carte blanche intitulée « la gauche doit choisir entre des frontières ouvertes et l’Etat providence ». Dans les (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen