Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

SANTE

Les maisons médicales face aux politiques d’austérité

Malgré la sécurité sociale, se soigner coûte cher. Ainsi, même en Belgique, les riches vivent plusieurs années de plus et sont en meilleure santé que les personnes en situation de pauvreté. Heureusement, les maisons médicales proposent une médecine de proximité et préventive, « gratuite » et accessible à tous. Aujourd’hui, les politiques d’austérité les mettent en danger ! Décryptage.

Aujourd’hui, le gouvernement (la Ministre de la santé Maggie De Block) souhaite réformer la médecine au forfait, soupçonnée de coûter trop cher. Ainsi, en octobre 2016, Maggie De Block commandait un audit auprès de la société KPMG et imposait un moratoire sur la création de nouvelles maisons médicales. Cet audit, rendu public en janvier 2018, liste une série de points à éclaircir, comme un supposé « surfinancement » des maisons médicales, un manque d’efficacité du système, une politique de désinscription peu transparente ou la multiplicité des sources de financement. La Ministre a donc chargé un groupe de travail, comprenant des représentants des maisons médicales, de proposer des adaptations.

Pourtant, en décembre 2017, l’Agence inter-mutualiste avait déjà mené une étude. Cette étude révèle que le coût pour les soins en première ligne est plus élevé pour le patient inscrit dans une maison médicale que pour un patient sollicitant des soins à l’acte. Mais ce surcoût est compensé par les économies réalisées en deuxième ligne - médicaments, hospitalisations, prises en charge institutionnalisée, etc. Au bout du compte, les dépenses supportées par l’assurance maladie sont quasiment identiques dans les deux systèmes : 2074 euros au forfait dans les maisons médicales, 2080 euros à l’acte (dépense annuelle moyenne par personne en 2014).

Lire l’analyse

TéléchargerConsulter




Avec le soutien de


Articles en rapport

6 décembre 2018

À Arlon, un Tremplin pour mieux rebondir

À cause des salaires grand-ducaux, le Sud-Luxembourg manque cruellement de loyers accessibles. À Arlon, l’asbl Le Tremplin récupère des hommes parfois très (...)
3 décembre 2018

À Virton, le Soleil du cœur n’est pas un vain mot

Aux confins du pays, une précarité rurale si peu visible
Vue comme le petit paradis belge, la Gaume n’est pas à l’abri de la crise. Devant le manque de logements à bas prix, Soleil du cœur accueille des hommes en (...)

Défendre le droit à la santé

Quand les plus pauvres deviennent des citoyens actifs
On sait que la pauvreté nuit gravement à la santé et que l’accès aux soins est beaucoup plus compliqué pour une personne vivant dans la précarité. Les (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen