Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Migrations et développement 2

Les liaisons dangereuses

Dans notre analyse intitulée « Migrations et développement 1 : des situations complexes et variées », nous avions constaté qu’il n’y a pas de corrélation directe entre l’augmentation de la prospérité et la diminution des migrations. Au contraire, le processus de développement est susceptible d’accentuer et de diversifier les flux migratoires.

Une fois ce constat posé, nous devons toutefois nous interroger sur ce que suppose notre fameuse question du lien entre développement et migration. Car ce parallélisme n’est pas sans danger.

TéléchargerConsulter

La question « plus de développement = moins de migrations ? » repose sur une conception des migrations à la fois comme un problème à gérer et comme une réponse à la pauvreté ; conception qui ne tient pas compte de la complexité ni de la diversité des mouvements migratoires (internes et internationaux).

Comme nous l’avons vu, il est vain d’envisager les politiques de développement comme des moyens de limiter les migrations. Puisque ce ne sont pas les plus pauvres qui migrent, il est naïf de concevoir les politiques de lutte contre la pauvreté ou de coopération comme des freins à la migration. Bien plus que la pauvreté, les inégalités entre régions du monde semblent jouer un rôle moteur. Mais il n’est pas certain que la seule résorption des inégalités (dont on est très loin) limiterait les mouvements de population, étant donné la multiplicité des facteurs entraînant ces déplacements.

Cependant, au-delà de la réponse apportée, ce que notre question de départ induit, c’est la nécessité de reconfigurer complètement notre logiciel d’analyse des migrations.





Articles en rapport

MAISON BABEL

Quand le partage permet de retrouver la confiance en l’autre et en son projet de vie

Maison Babel est une association portée par 6 bénévoles qui mettent à disposition un hébergement de transition et un accompagnement pour des Mineurs Etrangers (...)

VIS À VIS

Active depuis plus de trente ans dans le secteur social et pédagogique, l’asbl Vis à vis développe des programmes d’aide, d’accompagnement, de formation, (...)
6 juillet 2018    Analyses    Migrants/société

Frontières ouvertes ou Etat providence ?

Analyse de la carte blanche de Bart De Wever
Le 24 janvier 2018, Bart De Wever publiait une carte blanche intitulée « la gauche doit choisir entre des frontières ouvertes et l’Etat providence ». Dans les (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen