Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Ouvrir sa porte aux migrants : une révolution silencieuse ?

Volontariat, citoyenneté

La politique migratoire du gouvernement belge a rendu plus active encore la réaction des citoyens désireux d’héberger les réfugiés arrivés à Bruxelles. Que cache cette mobilisation qui fait le choix de l’action plutôt que de s’en tenir à l’indignation et à la protestation ? Et ne risque-t-elle pas de servir d’alibi aux politiques ?

Dans son étude 2017 , Vivre Ensemble pointait notamment deux faces de la médaille du volontariat. Côté face : outre les résultats concrets qu’il permet, le volontariat interpelle le politique en mettant en lumière des besoins non satisfaits ou des catégories particulièrement vulnérables de la population. Côté pile : si les volontaires « font le boulot », le politique ne risque-t-il pas de s’en laver les mains et de ne pas assumer ses responsabilités ? Ce qui se passe autour du Parc Maximilien en 2017-2018 est une belle illustration de ce dilemme.

On a beaucoup glosé, en cette fin d’année 2017, sur les soubresauts de la politique d’immigration et d’accueil du gouvernement de Charles Michel (MR), incarnée par son secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken (N-VA). Disputes politiques, bagarre de chiffres, mensonges supposés ou avérés ont écarté les regards du véritable enjeu humain et humanitaire. Dans les derniers jours de l’année, une image a amusé le public, celle d’une petite dizaine de personnes venues manifester leur soutien à la politique de Francken. En face, personne. Ou plus exactement… le contraire, une sorte de force tranquille, silencieuse, citoyenne. A savoir 42 000 personnes inscrites sur le groupe Facebook de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés de Bruxelles et 28 500 sur le groupe « Hébergement » de la Plateforme. Depuis des mois, des milliers de citoyens s’organisent sans faire de bruit pour convoyer ou héberger chaque soir des réfugiés qui, sans cela, resteraient à la rue (au parc Maximilien et à la gare du Nord, dans le centre de la capitale). À la Saint-Nicolas, puis surtout pour Noël, cette chaîne de la solidarité et de la dignité a réussi le pari fou de ne laisser personne à la rue.

Lire l’analyse

TéléchargerConsulter




Avec le soutien de

Féderation Wallonie-Bruxelles


Articles en rapport

CIREFASOL

« Ma période d’ombre a commencé le soir où, de l’appartement de ma grand-mère, j’ai été témoin de la répression violente et meurtrière de la police et des milices (...)

Aide aux Personnes Déplacées

Si profondes que soient nos différences...

KOLOGA

Accueillir la différence et s’enrichir mutuellement

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr