Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Société

Politique et personnes pauvres : vive la démocratie en "circuit court"

Dans l’élaboration des mesures de lutte contre la pauvreté, il convient de s’interroger sur la place donnée aux premiers concernés : les personnes qui affrontent cette situation de pauvreté au quotidien. Leur donner la parole – et l’écouter – est primordial.

Les mesures politiques destinées à lutter contre la pauvreté sont pensées et prises par des gens qui, dans l’immense majorité des cas, n’en ont qu’une connaissance théorique et partielle. De ce fait, ils ne peuvent concevoir les obstacles que les personnes qui vivent la pauvreté rencontrent sur le chemin de l’accès aux droits que ces mesures sont supposées leur fournir.
(...)
Conséquence : de nombreuses personnes n’accèdent pas à leurs droits parce qu’elles les ignorent, parce que les procédures sont trop complexes ou qu’elles sont ressenties comme humiliantes (« J’ai travaillé toute ma vie, je ne vais quand même pas aller au CPAS ! »). Ou parce qu’elles n’en peuvent plus de devoir tout justifier et sans cesse prouver et re-prouver qu’elles remplissent bien les conditions d’octroi des allocations et des aides sociales. Il arrive aussi que des travailleurs sociaux écartent d’emblée certaines possibilités, estimant que « ce sera trop compliqué », ou que « le conseil du CPAS refusera de toute façon ».

Du coup, les mesures a posteriori de lutte contre la pauvreté n’atteignent que partiellement leur cible. Elles manquent en particulier les plus fragiles, les plus isolés, les plus exclus ; bref, ceux qui en ont le plus besoin.

Lire l’analyse

TéléchargerConsulter




Avec le soutien de


Articles en rapport

6 décembre 2018

À Arlon, un Tremplin pour mieux rebondir

À cause des salaires grand-ducaux, le Sud-Luxembourg manque cruellement de loyers accessibles. À Arlon, l’asbl Le Tremplin récupère des hommes parfois très (...)

Un arsenal de mesures sociales encore insuffisant face à la précarité énergétique

La Belgique est la triste championne du monde des prix de l’énergie. Et les choses ne vont pas s’améliorer. Il existe des mécanismes sociaux qui ne sont pas (...)

Lutter contre la pauvreté chez les pensionné.e.s

La GRAPA, un complément de pension est-il une bonne solution ?
Connaissez-vous la GRAPA ? Non ? Pourtant, vous ou un.e de vos proches pourriez avoir le droit à cette Garantie de revenu aux personnes âgées, une ressource (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen