Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité
1er juin 2018  Actualités

Quelle Terre pour nos enfants ?

Le 25 mai, à Thuin, s’est tenue une conférence à partir de la question : quelle Terre pour nos enfants ?

Cette soirée constituait le point d’orgue d’un processus de longue haleine, mené par un groupe de volontaires de l’association Vivre Ensemble, service d’éducation permanente. Voilà un an et demi, ce groupe était déjà à la base d’un week-end citoyen, mené en partenariat avec le centre culturel de Sivry. Ensuite, entre mars et mai 2018, différentes activités ont été organisées à Rance, à Beaumont, à Chimay et, enfin, à Thuin.

Pour l’occasion, trois invités de marque ont pris la parole : Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai ; Mme Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau wallon de lutte contre la pauvreté ; et Mme Isabelle Franck, directrice éducation des organisations Vivre Ensemble & Entraide et Fraternité.
Chacun internant a abordé le thème sous un angle différent. Isabelle Franck a évoqué la nécessité de retisser un triple lien, autrement dit, de se relier à soi-même, aux autres et à la nature, dans la recherche d’une synergie ou d’une symbiose qui nous permette de cultiver l’espérance.
Mgr Harpigny s’est appuyé sur le texte de l’encyclique Laudato Si’, parue en 2015. Pour sauvegarder notre « maison commune », nous devons questionner le modèle technocratique qui sévit dans nos sociétés et lutter contre la culture du déchet. Avec en filigrane l’ambition d’œuvrer tant pour la justice sociale que pour la préservation de l’environnement.
Christine Mahy est partie du quotidien des personnes les plus exclues et précarisées de notre société, celles et ceux que l’on relègue au statut d’« encombrants ». Leur première aspiration est d’être reconnues comme sujets et de pouvoir utiliser leur créativité à autre chose qu’à la survie. Par la force des choses, les personnes appauvries sont aussi celles qui abusent le moins des ressources de la planète et qui doivent imaginer des moyens de débrouille pour s’en sortir.
Ce panorama peint à trois mains nous a donc donné à voir un paysage malmené, reflet du contexte actuel, mais aussi toutes les personnes qui, quel que soit leur milieu, construisent une société où il fasse bon vivre.





Articles en rapport

1er décembre 2016    Vidéo

Christine Mahy sur le titre de notre campagne d’Avent

Ensemble, on a le pouvoir de changer les choses !

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr