Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Violence à l’école : sévir ou prévenir ?

Pour lutter contre la violence à l’école, on peut serrer la vis, pratiquer la tolérance zéro, exclure provisoirement ou définitivement les élèves violents… ou choisir de travailler plus en profondeur, de l’intérieur.

Dans une autre vie, Isabelle Dewee était commerciale. Mais ce métier ne la motivait que modérément. Aujourd’hui, elle passe le plus clair de son temps dans les écoles, entourée d’enfants ou de jeunes adolescents. Il faut dire que sa fille Marie, 12 ans, est passée par l’enfer du harcèlement, dans une toute petite école proche de la frontière française.

Depuis 2010, je travaillais bénévolement dans les écoles pour faire découvrir la réalité des enfants du Sud, dans le cadre des campagnes d’Entraide et Fraternité, explique Isabelle Dewee. Plusieurs directions d’école ont témoigné de la montée de la violence dans leurs établissements, comme dans la société. Violence verbale, physique et manque de respect de soi, des autres, du matériel et de l’environnement. Elles mettent souvent en cause la banalisation de la violence véhiculée par les jeux vidéo, les images vues à la télé, sur internet, au cinéma… Au point que beaucoup d’enfants n’arrivent plus à discerner le bien du mal.“

Pour Isabelle Dewee, éradiquer la violence entre nos enfants et adolescents ne se fera pas via des sanctions après-coup. Dans le mot „éradiquer“, il y a „enlever la racine“. Cela demande un travail en profondeur, dès le plus jeune âge. Un travail sur soi-même, mais aussi sur les relations avec l‘environnement, le patrimoine, la société dans son ensemble.

Lire l’analyse

TéléchargerConsulter




Articles en rapport

LA BAMBINERIE

Accueillir les tout-petits

BRISE LE SILENCE

Brise le silence est une association d’aide aux victimes de violences sexuelles, physiques et psychologiques

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen