logo Entraide et Fraternité

Volontariat, bénévolat, c’est la même chose ?

Bénévole ou volontaire ? Les deux vocables sont utilisés dans le langage courant pour désigner quelqu’un qui preste sans rémunération un travail au service d’autrui.

Cependant, depuis 2005, le terme « volontaire » a été choisi, notamment pour s’aligner sur d’autres langues européennes : volunteer (En), voluntario (Es), volontario (It)… Pourquoi cette année ? Parce qu’en 2005 a été publiée une loi qui précise la notion de volontaire, afin, notamment, de garantir ses droits [1]. Ainsi, le volontaire est celui qui preste un travail

  • de façon libre,
  • sans rémunération,
  • tourné vers autrui,
  • dans un cadre organisé.

Donc, si vous faites les courses pour votre voisin handicapé, si vous accueillez les enfants de votre sœur après l’école, si vous ramassez les déchets trouvés lors de votre promenade du dimanche, si vous assurez la sécurité lors d’une manifestation contre le gouvernement, si vous assistez un proche malade ou handicapé, vous êtes citoyen, engagé ou altruiste (ou les trois à la fois), mais pas volontaire ou bénévole au sens de la loi. Ceci dit, chacun.e est libre d’utiliser l’un ou l’autre mot, en tout cas hors du contexte législatif. Certains trouvent à « bénévole » des connotations un peu désuètes, caritatives, mais le mot n’a-t-il pas un côté sympathique : le béné-vole, celui qui veut le bien ?

La loi de 2005 ne fait pas que définir le volontaire. Elle régit aussi ses relations avec l’organisme dans lequel il s’engage. Ce dernier a le devoir d’informer le (futur) volontaire au sujet de la nature des tâches, du temps de travail, de l’horaire, des clauses de confidentialité le cas échéant. L’association doit aussi contracter une assurance pour les bénévoles. Tout cela peut être mis noir sur blanc dans une convention signée par les deux parties, afin que la collaboration se passe dans les meilleures conditions possibles [2]. Cela représente certes une charge de travail administratif supplémentaire pour les associations, mais cette officialisation des relations entre le volontaire et son association ou institution est globalement positive.



[1Loi du 3 juillet 2005 relative aux droits des volontaires. Lien raccourci : https://miniurl.be/r-1ggq

[2La Plateforme francophone du Volontariat propose un modèle de convention : http://www.levolontariat.be/modele-de-convention-de-volontariat



Articles en rapport

23 octobre 2017    Agenda

Cap sur Noël

Être pauvre n’est pas un choix… être solidaire oui !
18 octobre 2017    Agenda

Assemblée associative Hainaut

Cette année nous vous proposons un programme plus « ambitieux » sous forme de colloque.

Volontariat : utile et bienfaisant

Si le volontariat et les volontaires ne sont pas assez reconnus, le monde politique serait bien inspiré de s’y intéresser de plus près. Car le volontariat joue (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr