Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité
8 février 2016  Actualités

WE alteractif au Green Valley (Teuven)

Il pleut. Il fait gris. C’est l’hiver. Pas un de ces hivers froids et secs tels qu’on peut les vivre au sommet des fagnes, au Mont-Rigi par exemple, mais un hiver tempéré, pluvieux, humide.

La « Green Valley » n’aura jamais aussi bien porté son nom, tiens. Mais c’est au cœur de celle-ci que réside la future personnalité verviétoise de l’année 2016 [1] , un rayon de soleil au sein de la militance liégeoise : le très fameux Luc Hollands.
Cette année, les Alter’actifs ont décidé d’établir leur campement dans les gîtes Hollands le temps de leur week-end de formation qui, de l’avis général, fut une franche réussite ! Le cadre lui-même a contribué activement à stimuler les corps et les esprits, malgré un temps à se flinguer. En effet, la ferme Hollands convertie au bio en 2009 est un acteur-témoin de premier ordre des alternatives dont notre monde, gavé à l’idéologie « TINA », a cruellement besoin. La journée du samedi a débuté avec la visite de l’établissement. Luc Hollands a, une fois encore, pu nous démontrer toute la puissance de son témoignage, qui fait se rencontrer la sensibilisation, les alternatives de consommations et l’action directe. Un agriculteur militant, un programme en soi révolutionnaire…
C’est par « le service maternité » de la ferme que nous débutons concrètement le tour du propriétaire. Ce fut l’occasion de revenir sur les débuts de son parcours d’éleveur. Fils de fermier, Luc reprend définitivement les rênes de la ferme familiale en 2004, année où il décide de ne plus se consacrer qu’à l’élevage de vaches laitières. C’est d’ailleurs à l’endroit-même où son père élevait autrefois des cochons que se dressent aujourd’hui les gîtes « Green Valley ». Ceux-ci, outre les particuliers, accueillent chaque année des dizaines de classes vertes dans le cadre du programme de « ferme pédagogique ».
La foire alternative commence en 2009. Il faut dire que le contexte appelle au changement : la libéralisation du marché, c’est-à-dire en réalité la suppression d’une quelconque limite à l’offre, entraîne une crise du lait et une guerre de concurrence inévitable entre producteurs. Luc Hollands avait participé à l’événement très médiatisé du déversement d’environ quatre millions de litres de lait à Ciney [2], afin de dénoncer les prix de vente bien trop bas. C’est à peu près à ce moment-là que Luc a décidé de passer au bio. Après une période assez difficile de trois à quatre ans, phase de transition nécessaire au recyclage des sols, il est maintenant convaincu que pour être viable, l’abandon des méthodes industrielles, ses engrais chimiques, son soja et maïs OGM est une nécessité. Notre éleveur observe des meilleurs rendements en considérant tout le circuit de la production, des vaches en bien meilleure santé, et une bien meilleure qualité laitière. Cela confirme que les alternatives sont (presque) toujours en lien avec des revendications politiques. Dans le cas de Luc, cette revendication est clamée haut et fort. Il fait partie du syndicat européen des producteurs de lait, l’EMB [3], ainsi que du MIG Belgique [4], au sein desquels il se mobilise pour des conditions de production plus justes et équitables. Enfin, Luc Hollands évoque le programme de la coopérative Fairebel [5], qui unit des fermiers belges et luxembourgeois. Le chemin est véritablement tortueux pour pouvoir mettre sur pied un label qui garantisse à la fois le respect de la qualité du produit et la juste rétribution des producteurs de lait, dans un monde de concurrence, et donc de compétition exacerbée !
Après nous avoir parlé de son travail au quotidien, qui s’étale entre 5h du matin et 9h du soir, Luc nous explique son engagement au sein de l’Alliance D19/20 [6], une plateforme militante dirigée contre le TTIP et les traités de libre-échange. C’est l’occasion de revenir sur diverses actions musclées aux quartiers européens de Bruxelles, mais également sur le récit croustillant d’un encerclement de tous les ministres de l’agriculture européens en visite chez un fermier du Luxembourg, à l’occasion d’un sommet pour l’agriculture. Luc Hollands se fait alors l’avocat d’action directe visant les responsables eux-mêmes des mesures politiques désastreuses. Victimes des rouages très complexes de la bureaucratie technocrate européenne, les militants ne savent plus comment mener des actions percutantes et concluantes ! Il faudrait donc viser les individus qui portent ces institutions, et les mettre directement face à leurs responsabilités. À ce propos, notre hôte évoquait le projet de mettre en ligne un bulletin complet des promesses tenues ou non par nos politiques, sur des thématiques liées à l’agriculture notamment, afin de pouvoir voter en meilleurs connaissances de cause aux prochaines élections.
L’inspiration que dégage Luc Hollands est palpable chez les jeunes (et moins jeunes) venus s’abreuver, les pieds dans la paille, du témoignage de ce producteur-militant. Quel meilleur exemple de la complémentarité des trois pôles de l’action militante (la sensibilisation, les alternatives exemplaires et l’affrontement) ? On en redemande !

Antoine Blanchard



[1Votez pour Luc Hollands, concourant dans la catégorie « société » : citoyensdelannee.be/vote-verviers

[2Cf. blog.lesoir.be le-lait-a-inonde-ciney. La phase finale du projet de suppression des quotas laitiers, instrument pourtant essentiel de la régulation des marchés, s’est déroulée en avril 2015.

[3revendication est clamée haut et fort. Il fait partie du syndicat européen des producteurs de lait, l’EMB

[5À chaque lite de lait vendu, 10 centimes sont reversés dans une caisse commune, équitablement redistribuée entre tous les coopérants. Vous pouvez d’ores et déjà devenir un coopérateur du label, un authentique cowfunder ! Voir fairebel.be

[6Voir le site de l’Alliance : d19-20.be



Articles en rapport

23 mars 2018

Le Festivanakkam 2018 : une belle petite édition !

Ce samedi 17 mars 2018 a eu lieu la treizième édition du Festivanakkam, le petit festival liégeois « scandaleusement solidaire » organisé par le groupe de (...)
17 mars 2018 Agenda

Festivanakkam Edition 2018

Dans une ambiance festive et engagée, viens prendre connaissance des initiatives locales et des mouvements de résistance pour un monde plus respectueux de (...)
2 – 4 février 2018 Agenda    Alter’actifs

Changer le monde ? On peut le faire !

Le collectif des Alter’actifs organise son traditionnel week-end de formation pour les jeunes sur les initiatives locales, les mouvements de résistance et (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen