Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité
28 novembre 2018  Actualités

Au Tournesol, femmes et enfants reprennent des couleurs

À Malmedy, l’asbl Le Tournesol héberge dans la plus grande discrétion des femmes (et leurs enfants) victimes de violences conjugales et qui, en général, ont perdu tous les repères d’une vie « normale ».


« La maternité et l’enfance ont droit à une aide et une assistance spéciale. »
Article 25.1 de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme

« Vous avez rendez-vous ? Avec qui ? Quel est votre nom ? Je suis désolé de vous demander tout ça mais je suis obligé… », dit l’employé de la maison d’accueil Le Tournesol en ouvrant les multiples grilles menant au bâtiment. Difficile d’entrer, encore plus difficile d’y arriver. « C’est fait exprès, glisse Anne Thunus, la directrice de l’association : nous avons une adresse administrative en ville mais l’adresse de la maison d’accueil doit être confidentielle afin que les hommes qui se sont rendus coupables de violences de toutes sortes sur leur femme ne puissent venir poursuivre leur victime alors qu’elle tente de se reconstruire. Du reste, dans cette région fort reculée et loin des transports en commun, les familles hébergées ne sont pas toutes du coin, sauf si les enfants y sont scolarisés ; que du contraire même, il est parfois plus sûr d’envoyer ces personnes à Liège, Verviers ou plus loin. »

Depuis 2015, Le Tournesol offre 21 lits répartis dans 8 chambres d’une maison qui donne à l’ensemble le caractère familial nécessaire à un accueil de qualité. Les chambres peuvent évidemment être familiales car, en cas de violences conjugales, ce ne sont pas que les femmes qui sont ici accueillies mais leurs enfants aussi. En 2017, 33 femmes et 42 enfants ont trouvé refuge ici. Aujourd’hui, alors qu’un beau ciel d’arrière-saison irradie les Fagnes, ce sont 6 femmes et 12 enfants qui sont hébergés. Nous sommes au cœur de l’après-midi, c’est très calme : deux mamans préparent des beignets aux pommes dans la cuisine et les deux enfants présents sont malades et n’ont pu aller à l’école. Tout à l’heure, en revanche, entre 16h et 20h, ce sera le rush : l’équipe de la maison d’accueil (deux assistantes sociales, quatre éducatrices et un éducateur, trois puéricultrices) assurera tout à la fois l’accompagnement en cuisine (chaque pensionnaire prépare le repas à tour de rôle), celui des devoirs (les mamans sont obligées de rester près de leurs enfants) et l’animation pour les plus petits.

Le processus peut prendre 30 ans

« Cela reste un processus assez lent, qui peut durer 30 ans ! insiste Anne Thunus. Durant cette période, ces femmes hésitent à franchir le pas, ce qui ne se fera peut-être qu’à l’intervention de la police ou des voisins, elles perdent leurs repères, elles renoncent à partir parce que leur mari leur promet que cela n’arrivera plus… Certaines viennent nous revoir des années après, décidées à divorcer alors qu’elles ne voulaient pas le faire à la première crise et avaient décidé de retourner avec leur mari sur des promesses faites au téléphone. Il faut le dire et le redire : même si c’est un aspect important du problème, la violence physique n’est pas la seule composante des violences conjugales, il y a les violences psychologiques, le dénigrement, les pressions, la séquestration, l’isolement social - on appelle cela des ‘familles bunker’ – et, une violence qui est très courante, la violence économique. Les femmes qui arrivent ici n’ont aucun revenu, pas de carte de banque, pas le droit de sortir pour faire les courses, voire ignorent l’existence de leur droit aux allocations familiales ! »

C’est dire que l’accompagnement proposé par Le Tournesol va au-delà de l’hébergement et des repas, au-delà des consultations de l’ONE ; il y a l’accompagnement administratif (remise en ordre), psychologique, juridique (garde des enfants, plaintes…), l’accompagnement individualisé (emploi, logement…), l’accompagnement des enfants, des activités et des ateliers divers (sensibilisation aux violences conjugales, à la mise en sécurité, estime de soi, cuisine, écriture, expression…).

À présent que le sujet n’est plus tabou, on sait que les violences conjugales se produisent dans tous les milieux et pas uniquement chez les plus démunis. Toutefois, rappelle Anne Thunus, « la violence envers les femmes appauvrit parce qu’elle isole socialement et économiquement mais aussi parce qu’elle fait partie d’un cocktail lié aux addictions, au jeu, à l’alcool, aux drogues. » C’est aussi la précarité qui réunit le plus souvent les pensionnaires du Tournesol car, si l’accueil est limité dans le temps par la loi (à 9 mois, trois fois renouvelable par tranche de trois mois), les femmes qui ont un emploi, une famille aidante ou les moyens de prendre un logement ne restent que quelques jours ou semaines ici. C’est bien plus compliqué de s’en aller rapidement quand on a vécu dans l’isolement social ou économique…

Il y a se nourrir et bien se nourrir…

Grâce à vos dons, Vivre Ensemble soutient un projet qui fait sens pour les pensionnaires du Tournesol : un atelier alimentaire animé par Li Cromignon, une association du pays de Herve qui s’est donnée pour but de sensibiliser la population à une alimentation saine et responsable. Bien lire une étiquette, prévoir une collation avec des fruits et des biscuits plutôt qu’avec des chips, préparer des repas sains plutôt qu’à base de frites et de pizzas : ce sont des évidences mais pas pour tout le monde. « Dans les familles où il y a de la violence, dit Anne Thunus, parents comme enfants sont en mode survie. La question de l’alimentation n’est pas une priorité pour eux.

De plus, quand de très jeunes femmes, souvent mères depuis peu, arrivent chez nous, elles n’ont généralement jamais appris à faire à manger et se contentent de préparer chaque jour la seule chose qu’elles connaissent. » Avec les ateliers de Li Cromignon, il n’est donc pas juste question d’alimentation car, au travers de cette question, ce sont celles d’une bonne santé, de l’écologie et de la nature et d’une bonne gestion de son budget qui sont en jeu. Le projet vise donc à renforcer les connaissances des résidentes sur des notions telles que : repas équilibrés, saisonnalité des aliments, gestion des déchets et des dates de péremption, achats et utilisation optimale des denrées et des stocks, quantités cuisinées, créativité en cuisine, budget raisonnable, réduction des aliments transformés, plats préparés par soi-même… Bref, inculquer une gestion responsable en « bonne mère de famille. »





Je donne maintenant

Votre don ira directement là où il est le plus efficace.

Donner maintenant

Je fais un don régulier

Avec un ordre permanent, vous aidez durablement.

Ordre permanent

Je fais un legs

En inscrivant Vivre Ensemble dans votre testament, vous léguez un monde plus juste

Plus d'information

Articles en rapport

Juste Terre !    Novembre 2018

Juste Terre ! n° 154

Zoom dans ces pages sur des initiatives qui, en Wallonie et à Bruxelles, rendent leur dignité aux citoyens invisibles.
30 octobre 2018    Radio

La Ferme de Froidmont insertion asbl

Thierry de Stexhe est directeur de la ferme de Froidmont
15 septembre 2018 • 09h30 –15h00 Agenda

Tous A Table

Matinée ’Droit à une alimentation saine’

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen