Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Bénéficiaire ou partenaire ?

Vers une autre conception de la solidarité

Dans le domaine de l’aide sociale, il est courant de nommer les personnes soutenues des bénéficiaires. Le terme n’est pas neutre. Examinons ce qu’il dit.

TéléchargerConsulter

Le terme bénéficiaire est certes plus élégant que celui d’usagers, et semble couramment utilisé faute d’un autre mot plus adéquat. Mais la manière dont on nomme les uns et les autres n’est pas anodine. Et si les alternatives au mot bénéficiaire ne sont pas évidentes à trouver, s’interroger sur ce que le mot véhicule reste utile. En effet, il exprime d’une certaine façon la relation établie entre les associations et les personnes qui les sollicitent. Il peut aussi être révélateur du rôle assigné aux associations de lutte contre la pauvreté dans la société. Comme il peut être porteur, malgré lui, des préjugés selon lesquels les personnes en situation de précarité seraient "assistées", "profiteuses".

Dans la communication des associations vers des tiers, cette terminologie de bénéficiaire est fréquente. Lorsqu’elles rendent des comptes à celles et ceux qui les appuient… surtout si cet appui est d’ordre financier, les associations en font usage pour quantifier et qualifier les personnes accompagnées. Cette approche aux accents comptables risque néanmoins de polluer en bout de course la relation établie au sein de l’association. Car elle pourrait cantonner les personnes accompagnées dans une fonction passive et réduire le rôle de l’association à celui d’un fournisseur d’aide, au détriment du lien social. Celui-ci est pourtant crucial.

Aux yeux de Vivre Ensemble, une dimension importante de la lutte contre l’exclusion doit en effet être la participation. Et la dynamique associative qui l’accompagne passe par la valorisation de l’individu, par la considération de ses besoins, de ses aspirations et par l’encouragement à partager une réflexion ou une action commune. Finalement, quelle que soit la terminologie choisie, l’important n’est-il pas d’éviter la logique dichotomique que l’on observe un peu partout, la vision binaire du "eux/nous" ?





Articles en rapport

Un arsenal de mesures sociales encore insuffisant face à la précarité énergétique

La Belgique est la triste championne du monde des prix de l’énergie. Et les choses ne vont pas s’améliorer. Il existe des mécanismes sociaux qui ne sont pas (...)
25 janvier 2019

Merci

Une nouvelle fois la campagne d’Avent de Vivre Ensemble a été un franc succès.

Jeunes LGBTQI+ sans logement

Quand la différence conduit à la précarité
Le 9 octobre 2018 ouvrait à Bruxelles un appartement d’accueil pour 4 jeunes LGBTQI+ sans logement, géré par l’association le Refuge. Premier du genre dans (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen