Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
15 novembre 2022  Actualités

Cofamon

Collectif des familles monoparentales

Le rayon de soleil des mamans et… papas solos

Longtemps, nous avons pensé que l’aide alimentaire sous toutes ses formes était un pis-aller réservé aux plus défavorisés, à ceux qui n’ont plus rien ou qui vivent dans la rue. Si l’on voulait se rendre compte de la gravité de la crise que nous traversons, de la façon dont elle atteint désormais la classe moyenne dont font partie l’immense majorité des Belges, il suffirait se rendre, un mercredi sur deux, à la maison Cofamon, à Villers-l’Évêque, près de Liège.

Là, dans la campagne hesbignonne, à l’heure de la distribution des colis alimentaires, ce sont des femmes – mais aussi des hommes – qui ont le plus souvent un emploi, une voiture, un toit, qui se présentent. Leur point commun : tous et toutes sont papas ou mamans solos. Leur autre point commun : avec un seul salaire, un, deux, trois, quatre enfants, ils ne s’en sortent plus dès le 5 du mois, a fortiori quand ils découvrent leur facture d’énergie.

Il y a 6 ans, Marie-Claire Mvumbi a créé cette structure qu’elle revendique comme unique en Belgique. « Il y a de multiples associations », dit-elle, « mais aucune qui fasse de l’aide à destination exclusive des familles monoparentales. Or le besoin est énorme : nous avons 6 000 bénéficiaires, 1500 familles avec 4500 enfants. Et nous limitons les inscriptions à la province de Liège. » Pourtant, ce jour-là, de retour de la banque alimentaire de Rocourt, de moins en moins bien fournie, Cofamon ne pourra offrir que 42 colis pour 82 demandés par ses membres. « J’entends souvent que les colis alimentaires ne représentent pas une bonne solution. Cela m’énerve. Très franchement, quand on ne vit pas la réalité que nous vivons, on ne devrait pas être autorisé à critiquer ceux qui aident les autres. Moi, quand je vois un enfant de 6 ans qui a faim, je ne me demande pas si c’est un bon système de lui trouver à manger ! »

Cofamon, Marie-Claire Mvumbi l’a créé sur base de sa propre expérience. D’abord, celle d’une jeune femme travaillant dans l’humanitaire en RDC pour l’ONG PSI, active en Afrique dans le domaine de la santé (HIV, malaria…). Ensuite, celle d’une maman solo débarquée en Belgique pour ses études de droit. « Je me suis moi-même retrouvée confrontée aux difficultés de s’en sortir, de se loger. Je me suis dit qu’il était nécessaire de défendre toutes ces personnes invisibilisées. Notre principale revendication est la création d’un statut de famille monoparentale dans un cadre juridique reconnu, comme cela existe pour les familles nombreuses. Une famille sur trois est monoparentale, tout le monde en connaît autour de soi. Tous les chiffres démontrent que cette situation accroît les risques de précarité. Pourtant, s’ils ou si elles travaillent, les mamans et les papas solos n’ont quasiment droit à aucune aide. »
Le collectif Cofamon porte bien son nom. Ce n’est pas juste une association qu’a créée Marie-Claire Mvumbi, c’est une véritable famille. « Les bénéficiaires sont obligés de donner un coup de main aussi. C’est une auberge espagnole : tout le monde peut se servir parce que tout le monde participe. » Une famille qui implique les enfants dans des sorties : « Quand on grandit en Afrique et qu’on n’a rien, on est entouré de gens qui n’ont rien non plus. C’est beaucoup plus difficile pour un enfant d’ici : quand il ouvre sa boîte à tartines et qu’elle est vide, il voit bien que celle des autres est remplie ! » A côté de l’aide alimentaire, il faut aussi citer la boutique Cofamon, dans le centre de Liège, qui a pour but de permettre aux familles de refaire gratuitement les garde-robes de leurs enfants à chaque rentrée scolaire. Et le "plan hiver Cofamon" : « Nous collectons toute l’année des couettes, des radiateurs ou des sacs de pellets que nous distribuons à ceux qui en ont besoin au début de l’hiver. On a aujourd’hui des gens qui vivent dans des logements sociaux sans chauffage installé, d’autres dont le chauffage est en panne, d’autres qui ne peuvent faire le plein de leur cuve à mazout parce que c’est trop cher. »





La campagne de l'Avent 2022 soutient

109 associations à soutenir

Découvrez les projets de lutte contre la pauvreté en Wallonie et à Bruxelles.

Lire aussi

12 décembre 2022

Parcours citoyen à Verviers

À la rencontre des associations soutenues par la campagne d’Avent d’Action Vivre Ensemble
12 décembre 2022

Agissez contre la précarité alimentaire, faites un don défiscalisé

« Veillez donc ! […] Tenez-vous prêts ! (Mt 24, 42 et 44) » : cet appel à la compassion est le sens de la liturgie du premier dimanche de (...)
8 décembre 2022 • 14h00 –18h00 Agenda

Parcours Citoyen

Faim de Justice Sociale

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr