Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
3 mai 2021  Actualités

Précarité

Des milliers de familles précarisées proches de tomber en rue

La pandémie et la crise sociale ont engendré l’expulsion de leur logement des familles entières. Beaucoup d’autres sont sur le point de l’être.

Son prénom signifie « gaieté », mais il n’y a plus guère de joie dans la vie de Farah. La pandémie de la Covid-19 l’a privée des petits boulots qu’elle effectuait au domicile de particuliers et qui lui permettaient de subvenir aux besoins fondamentaux de sa famille. D’origine algérienne, Farah vit en région verviétoise depuis une dizaine d’années, mais elle est sans papiers, tout comme son mari Lorenzo. Le couple et leurs quatre enfants ne bénéficient par conséquent d’aucune aide sociale récurrente et leur vie est extrêmement précaire.

Sans papiers, sans revenus, leur vie est un combat quotidien

Pour Farah et Lorenzo, chaque jour qui passe est une lutte pour la survie. Et la crise sociale provoquée par le coronavirus a encore aggravé leur situation. Les factures impayées s’accumulent, les arriérés de loyers aussi. Leurs enfants, âgés de 9 à 15 ans, souffrent terriblement de ce dénuement : leur santé comme leur scolarité pâtissent de ces conditions de vie très difficiles.

Cette famille en grande détresse fait partie des 90 ménages que l’association Sans Moyen a aidé en 2020. Cette toute jeune asbl, qui a pris le relais d’une association de fait active depuis une vingtaine d’années dans la région de Verviers-Dison, représente souvent le dernier filet de solidarité pour les familles les plus pauvres, grandes oubliées des plans gouvernementaux de soutien aux victimes de la Covid-19.


« Depuis un an, nous voyons affluer les demandes de familles ou de femmes seules avec enfant(s) qui ont perdu le peu de possibilités qu’elles avaient de gagner de l’argent. Dans certains cas, ce sont des femmes étrangères qui ont été abandonnées par leur mari. Elles ne maîtrisent pas la langue et sont même illettrées pour la plupart. Il leur est très difficile de s’en sortir sans notre aide »,

Louis Jacquemin, fondateur de l’association


Pour aider Farah et d’autres familles à conserver leur logement et leur éviter ainsi de se retrouver à la rue avec leurs enfants, nous avons de toute urgence besoin de votre soutien.

Aidez-nous en faisant un don à Sans Moyen, qui doit répondre à des appels au secours de plus en plus nombreux. En agissant avant qu’il ne soit trop tard, les bénévoles de l’association contribuent à prévenir le sans-abrisme, un fléau aggravé par l’actuelle pandémie.


« Je suis très reconnaissante pour les colis de nourriture apportés par les bénévoles de Sans Moyen et l’aide administrative que nous avons reçue pour régulariser notre situation. À mon tour, j’essaie d’aider d’autres familles en donnant les vêtements devenus trop petits pour mes enfants »

témoigne Farah


De tout cœur, nous vous remercions pour votre générosité envers Farah et tant d’autres familles en détresse. Merci de votre soutien fidèle pour lutter contre la pauvreté.

Votre don est un acte fort de solidarité. De tout cœur, merci.

Vous pouvez également faire un don par virement BE91 7327 7777 7676


P.S. Pour tout don de 40 euros ou plus, vous recevrez une attestation fiscale, vous permettant de récupérer 45 % du montant de votre don. Merci de faire partie de notre chaîne de solidarité !



Vous pouvez également faire un don par virement BE91 7327 7777 7676

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr