Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
2 mai 2022  Actualités

La guerre d’Ukraine, le « deux poids, deux mesures » de l’accueil

200.000 Ukrainiens sont attendus en Belgique.

L’élan de solidarité formidable des citoyens comme des autorités nous rappelle que tous les déplacés ne reçoivent pas le même accueil positif, tant s’en faut. Un phénomène ponctuel ou les prémices d’une approche moins défensive de l’Europe et de notre pays ?

Ici, ce sont des intervenants de terrain qui ont appris à demi-mots des autorités que les Afghans devraient probablement « faire de place » pour les Ukrainiens dans les centres d’accueil et qu’ils risquent l’expulsion. Là, ce sont des acteurs du monde scolaire qui assistent à des tensions entre jeunes primo-arrivants quand des réfugiés sur une voie de garage depuis des années ont le sentiment que des Ukrainiens à peine arrivés sont traités avec des égards qui leur ont toujours été refusés.

Pendant que la Russie agresse avec barbarie l’Ukraine, la machine à horreurs tourne pourtant toujours à plein régime ailleurs, mais dans l’indifférence. En Syrie et au Yémen, au Mali et au nord du Cameroun, au Tigré et en Afghanistan mais aussi à… Lesbos et en Méditerranée. Pourtant, si l’Europe entière se mobilise pour les réfugiés ukrainiens, les réfugiés du Moyen-Orient ou d’Afrique ne bénéficient à ce stade pas des mêmes facilités. Sabine Hess, de l’université de Göttingen, résume : « Les différences de traitement et une forme de racisme dans la sélection des migrants sont caractéristiques du système d’asile. Il y a un grand écart entre deux phénomènes, amplifiés par les médias. D’un côté, nous avons les bras ouverts, ce sont de ‘vrais’ réfugiés européens. De l’autre côté, nous avons des frontières militarisées avec des réfugiés qui doivent lutter pour leur vie. C’est digne du colonialisme : nous distinguons ceux qui sont dignes de notre empathie et ceux qui ne le sont pas. [1] »

À Rochefort, La Cantine famennoise est un groupe de citoyens qui fournit, avec le soutien d’Action Vivre Ensemble, des logements, des repas, des soins médicaux aux migrants extra-européens en transit dans la région. « Bien sûr que cet élan des citoyens et des politiques nous réjouit », dit Nicole Willem. « Mais c’est tout de même un peu difficile à avaler parce que nous nous épuisons depuis quatre ans et, d’un coup, tout le monde s’intéresse aux réfugiés, mais uniquement aux Ukrainiens. Chaque fois que nous essayons de conscientiser la commune, on doit hurler sans susciter le moindre intérêt. Aujourd’hui, les mêmes qui ne nous entendent pas font des déclarations la main sur le cœur au conseil communal… »

Le secrétaire d’État à l’Asile et la Migration, Sammy Mahdi (CD&V), réfutait récemment (Le Soir, 19 mars) cette vision dans une logique de proximité : « Si demain votre voisin est malade, cela va probablement plus vous préoccuper que si cela arrive au type du bout de la rue. Cela ne veut pas dire que vous êtes inhumain envers cette personne. Comme le conflit se passe en Europe, beaucoup de citoyens sont plus préoccupés que quand ces événements se passent, par exemple, au Mali. Cela ne fait pas du citoyen un xénophobe ou un raciste. Comme Poutine attaque l’Ukraine et, par ricochet, l’Europe et l’Otan, beaucoup de gens se sentent eux-mêmes agressés directement. Ça m’agace qu’on dise que le citoyen est raciste parce qu’il est solidaire et ne l’était pas en 2015. »

Pour Nicole Willem, de la Cantine famennoise, il y a des raisons d’espérer : « Il y a un gouffre entre les deux attitudes qui est encore plus large à la lumière de la situation actuelle. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’on voit que c’est possible de susciter la solidarité. On voit bien qu’un discours positif des autorités peut faire beaucoup pour la réaction des citoyens. Il y a une réaction émotionnelle pour l’Ukraine mais nous avons l’espoir que cette crise provoque une prise de conscience chez certaines personnes et puisse susciter leur empathie vis-à-vis d’autres crises humanitaires. »



[1Vidéo « Réfugiés : un accueil européen à deux vitesses », Arte, 4 avril 2022 : https://www.youtube.com/watch?v=lamyOICU0YI



Lire aussi

27 juin 2022 • 19h30 Agenda    Sensibilisation et débat

L’accueil des migrants/réfugiés

Questionner, d’échanger et d’interpeller par rapport à l’accueil des migrants et réfugiés plus largement que l’Ukraine.
16 mai 2022

Le CRILUX

Service social essentiel pour les réfugiés et migrants de la province du Luxembourg
9 mai 2022

Changer de modèle d’accueil ?

L’hébergement de personnes réfugiées chez les citoyens est positif et doit être encouragé au-delà de la crise d’urgence.

Retrouvez-nous sur : facebook twitter instagram youtube flickr