Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Nous générations

Tous de passage, tous responsables pour demain


« Pour éviter une souffrance généralisée (…) l’humanité doit adopter une alternative plus durable écologiquement que la pratique qui est la sienne aujourd’hui. Bien que cette recommandation ait été déjà clairement formulée il y a vingt-cinq ans par les plus grands scientifiques du monde, nous n’avons, dans la plupart des domaines, pas entendu leur mise en garde. Il sera bientôt trop tard pour dévier de notre trajectoire vouée à l’échec, et le temps presse. » Extrait de « Avertissement à l’humanité »

signé en novembre 2017 par plus de 15.000 scientifiques internationaux.

Des jeunes marchent pour le climat. Ils font la Une. Ils étonnent par leur détermination, par la maturité de leurs propos, par leur capacité à fédérer. À leurs côtés, des grands parents battent aussi le pavé pour laisser « une terre à vivre ». Le gang des vieux en colère veut défendre les acquis de la sécurité sociale pour que les générations futures puissent vieillir dans la dignité… Ils affichent des âges très différents mais tous partagent une même préoccupation : prendre soin de « notre maison commune ». Qu’ils aient 16 ou 66 ans, ils se sentent responsables aussi pour le milliard d’êtres à naître.
En 2017, avant que ne s’affiche dans la rue l’élan sans précédent pour le climat, une enquête du SPF Environnement faisait état d’une préoccupation grandissante des Belges – dans leur ensemble - pour les changements climatiques. Près de huit Belges sur dix s’en inquiètent. L’administration remarque « que les préoccupations liées aux autres problèmes environnementaux dépendent de l’âge des répondants, les générations plus âgées étant plus préoccupées que les jeunes, mais quant aux changements climatiques, on constate une préoccupation élevée dans chaque tranche d’âge. »
Dans la rue, c’est à une convergence des âges que l’on assiste. Cette solidarité trans-générationnelle est à soutenir. Youth for climate affiche d’ailleurs son ambition d’« impliquer autant de monde que possible dans les actions et les objectifs du mouvement ». Par-delà les frontières linguistiques. Par-delà les âges. Et aussi par-delà les situations individuelles.
« Certains essaient de mettre la responsabilité sur les seuls individus, observe un des piliers du mouvement Youth for climate, la jeune Adélaïde Charlier. Certes, chacun doit faire des efforts, mais cela ne suffira pas tout seul. Et demander à tous, sans distinction, de diminuer son empreinte environnementale alors que certains n’émettent quasiment rien, cela n’a aucun sens. Le politique est essentiel, pour recadrer la société de manière équitable. » [1]

Et, il y a urgence. Tergiverser, se renvoyer la balle, remettre à plus tard… menace sérieusement l’avenir de toutes les générations.


« Nous ne défendons pas la nature, nous sommes la nature qui se défend. Et c’est là que se trouve le combat du XXIe siècle. »

Discours de Youna Marette, figure de proue du mouvement des jeunes pour le climat, en Belgique (février 2019).



[1Dans Le soir du 3 mai 2019.



Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr