Abonnez-vous à notre infolettre

Recevez chaque mois des nouvelles de nos projets, nos évènements ou encore nos analyses en vous abonnant à notre infolettre

logo Entraide et Fraternité
7 décembre 2020  Actualités

Gembloux

SEM : Service Entraide Migrants

Accueil, accompagnement et lutte contre l’isolement

Quand une personne étrangère arrive en Belgique, elle est confrontée à plusieurs difficultés : la blessure d’avoir quitté son pays, le choc des cultures, la barrière de la langue et les démarches administratives… Elle est déboussolée. C’est là qu’intervient le SEM, le Service Entraide Migrants. Basée à Gembloux, cette association s’est donné pour mission d’accompagner les personnes étrangères ou d’origine étrangère de la région afin de faciliter leur intégration sociale, professionnelle et culturelle.

Depuis sa création en 2004, le SEM accueille, informe et accompagne les personnes étrangères ou d’origine étrangère qui arrivent à Gembloux. En plus d’un accom- pagnement individuel qui permet d’aider les personnes désireuses d’obtenir de l’aide dans différents domaines essentiels (recherche de logement, de formation et d’emploi, soutien juridique, aide administrative, etc.), le SEM propose des activités de groupe. L’objectif est de susciter des rencontres à travers des projets régu- liers ou ponctuels, de permettre la découverte du pays d’accueil et de faciliter la création d’un réseau social. Les membres inscrits aux différentes activités proposées par l’association sont des personnes ou des familles d’origine étrangère en situation de précarité, mais aussi des belges qui vivent également la précarité et la solitude.

Entre nous, femmes

Parmi les activités proposées, certaines s’adressent plus spécifiquement aux femmes. Il s’agit du programme Entre nous, femmes, qui a vu le jour il y a maintenant dix ans. Comme nous l’explique Maud Plumier, coordinatrice du service, ce programme est né d’une demande des femmes suivies par l’association : « Au cours de rencontres individuelles, les femmes que nous accompagnons ont peu à peu émis l’idée d’un lieu réservé aux femmes pour pouvoir aborder les questions de santé au sens large et s’exprimer sur les questions qui les touchent dans un climat de confiance et de respect : les violences faites aux femmes, l’éducation des enfants, l’excision, les valeurs, les institutions, l’alimen- tation, l’image de soi (…). Nous avons constaté que ces femmes, dans leur grande souffrance due à leur situation, ne sont pas en mesure de s’ouvrir aux autres et de se diriger vers des aides extérieures. Elles se replient dans leur isole- ment social et culturel. » Ce programme n’est pas unique- ment destiné aux femmes suivies par l’association SEM. Dans un souci d’ouverture vers l’autre, le programme est accessible à toute femme qui rencontre des probléma- tiques similaires, d’origine étrangère ou non.


Avant, je ne parlais jamais avec une personne que je ne connaissais pas. Si elle me parlait, alors je répondais, c’est tout. Mais maintenant, j’ose ! Je peux même aller vers une personne. Surtout grâce au groupe de parole.

Hafina, participante à Entre nous, femmes


L’entraide au fil des saisons

Action Vivre Ensemble soutient le projet Au fil des saisons qui vise à faire d’un potager existant un lieu d’échanges sociaux, de transmission de savoirs, de détente et d’entraide. Le potager a été mis en place dans le cadre des ateliers destinés aux femmes. L’ob- jectif de cette activité est de créer du lien, de faire en sorte que les participantes prennent un peu de temps pour elles, mais aussi qu’elles puissent avancer dans certaines de leurs blessures en verbalisant leur vécu, en le dessinant, en échangeant. Les participantes sont en demande de ce temps d’arrêt, d’une pause respec- tant le rythme de la nature et de l’humain tout en ayant la gratification du travail accompli.

Les participantes acquièrent des bases de jardinage, apprennent à utiliser les outils. Elles sont sensibilisées à l’im- portance d’une alimentation saine, locale, durable et de saison, et acquièrent des compétences transversales nécessaires à un projet de longue durée. Les ateliers et chantiers permettront à des personnes parfois isolées, fragilisées ou en marge de la société, d’entrer en contact avec le reste de la population locale, d’être actifs et de se sentir utile.


Ce potager me permet d’apprendre plein de choses sur le compostage, la nature, les plantes, les animaux. Lors des ateliers de cuisine, on utilise nos propres récoltes. Je peux aussi en reprendre avec moi pour cuisiner des plats plus sains à mes enfants. C’est vraiment chouette de pouvoir bénéficier de ce jardin car la plupart d’entre nous vivent dans des appartements ou des
logements sans jardin.
[Une participante au projet Au fil des saisons//]

Impact du coronavirus sur le travail du SEM

Deux questions à Maud Plumier, coordinatrice

Comment le coronavirus impacte-t-il votre quotidien et le travail de votre association ?
Lors du confinement total du mois de mars, nous avons continué à offrir un accompagnement social à nos membres via une permanence téléphonique. L’assistante sociale rassurait et répondait aux demandes par téléphone. En cas de grande urgence, elle se rendait au bureau (en respectant les mesures d’hygiène et de distanciation sociale) pour rencontrer la personne dans le besoin. Depuis le mois de juin, nous avons repris l’accompagne- ment en présentiel mais uniquement sur rendez-vous.

Nous avons repris les ateliers collectifs qui ont lieu dans le cadre du groupe Entre nous, femmes, en gardant les distances et le masque. Nous avons aussi inclus le projet potager dans les ateliers destinés aux femmes. Il est nécessaire pour maintenir une bonne santé mentale de notre public de garder ce lien et ces moments de rencontre.

Comment votre public a-t-il vécu le confinement ?
La majorité de nos membres a bien compris les règles et ne vit pas le confi- nement beaucoup plus mal que les autres. Cependant, ce confinement a eu des impacts considérables tant au niveau financier qu’administratif. Au niveau financier, le revenu a été diminué pour beaucoup, ce qui fait que certaines charges deviennent difficiles à payer. En temps normal, l’aide aux démarches administratives constitue une partie importante de l’ac- compagnement social. La plupart de nos membres ont en effet peu de ressources pour remplir leurs documents ou procéder aux démarches nécessaires. En temps normal, l’aide aux démarches administratives constitue une partie importante de l’accompagnement social. Une grande partie de notre public n’est pas équipée en matériel informatique. Pendant le confinement, ils n’avaient donc plus accès à internet et à du matériel permettant de faire certaines démarches comme scanner, imprimer,





Lire aussi

16 décembre 2020    Radio

L’aide alimentaire, chaque jour plus nécessaire

Présentée par Jean-François Lauwens
Parmi les 85 associations de lutte contre la pauvreté soutenues par la Campagne d’Avent d’Action Vivre Ensemble, certaines sont particulièrement actives dans (...)
9 décembre 2020    Radio

Campagne d’Avent 2020

Vitamine C - Présentée par Ralph Schmeder
Chaque année, Action Vivre Ensemble fait appel à notre générosité lors de sa campagne d’Avent en faveur des personnes les plus défavorisées de notre société. (...)
17 décembre 2020 • 18h30 –19h30    Agenda

Webinaire : Lutter contre la pauvreté en temps de COVID-19

S’adapter : oui, mais à quel prix ?
Le travail essentiel des associations soutenues par Action Vivre Ensemble

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr