logo Vivre Ensemble
Contre la pauvreté, je choisis la solidarité !

14 décembre 2015

Austérité

Associations à la diète : vivre-ensemble en danger !

Les associations de lutte contre la pauvreté n’échappent pas à la règle de l’austérité. Ces structures associatives, qui sont souvent le dernier recours pour les exclus, jouent un rôle fondamental dans le vivre-ensemble. Or, faute de moyens, elles peinent plus en plus à mener à bien leurs missions. Entre l’augmentation de la précarité et les restrictions budgétaires : comment faire face ?

Télécharger l’analyse complète

PDF - 651.3 ko

Depuis des années, la précarité de l’emploi, les retards de paiement des subsides et leur diminution sont le lot de nombreuses petites et moyennes structures associatives qui travaillent dans le champ de la lutte contre la pauvreté. « Or, affirme Michèle Simon, directrice de l’asbl Form’anim à Seraing , il est avéré que le monde associatif a un réel impact dans l’émancipation des personnes (et des femmes en particulier !), dans la formation à la citoyenneté et à la solidarité et dans un prise en charge importante de luttes contre l’exclusion et d’actions là où les pouvoirs publics sont assez absents voire inexistants ! »
(...)
Trouver des subsides est une préoccupation majeure pour de nombreuses associations. C’est une source de stress, car la survie de l’association peut se jouer sur un dossier de subvention.
(...)
Faute de subsides publics ou pour les compléter, les associations font appel à d’autres sources de financement, telles des fondations, des dons privés ou des services clubs.
(...)
« Il y a eu beaucoup de débats contradictoires autour de l’opération « Viva for life » orchestrée par Cap 48, rapporte Michèle Simon (Form’anim). Mais c’est quand même hallucinant de voir un Ministre très fier de venir déposer un « gros » chèque pour soutenir une cause qui fait partie intégrante des missions structurelles de son propre ministère ! »


Année : 2015