Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n'utilisons pas de service externe pour l'envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter@vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d'informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Economie, société

Austérité : autopsie des idées reçues

Les arguments invoqués pour légitimer les politiques d’austérité ne sont pas fondés. Cette analyse se propose de déconstruire les idées reçues véhiculées par les gouvernements pour imposer l’austérité.

PNG Pour le gouvernement Michel, comme pour le gouvernement Di Rupo, mais de manière moins radicale pour ce dernier, et comme pour beaucoup de gouvernements européens, l’objectif est de réduire la dette publique et de mener une politique de croissance économique visant à renforcer la compétitivité de l’économie belge et assurer ainsi la création d’emplois .

Le schéma économique théorique de l’austérité est le suivant : pour réduire la dette publique, il faut réduire les dépenses publiques (services publics et sécurité sociale), réduire le coût du travail (par exemple par un saut d’index) et alléger la fiscalité des entreprises. Si l’on réduit les dépenses publiques, on regagne la confiance des marchés (agences de notation), les taux d’intérêts diminuent (l’État peut emprunter pour moins cher) et le déficit se réduit. Si l’on réduit le coût du travail et la fiscalité des entreprises, la compétitivité des entreprises, c’est-à-dire leur capacité à affronter de nouveaux concurrents sur le marché, est améliorée. Les entreprises nationales peuvent donc gagner de nouveaux marchés (nationaux ou internationaux). Plus de nouvelles entreprises sont créées, plus d’entreprises étrangères investissent sur le marché national et donc des emplois sont créés. L’amélioration de la compétitivité globale de l’économie relance la croissance, les recettes publiques augmentent donc et les déficits publics se réduisent.

Malheureusement, ces résultats attendus ne se produisent jamais. Pour comprendre pourquoi, lisez cette analyse.

Analyse - Austérité : autopsie des idées reçues
TéléchargerConsulter




Articles en rapport

CONSEIL PROVINCIAL DE LIÈGE DE LA SOCIÉTÉ DE SAINT VINCENT DE PAUL

Le Conseil Provincial de Liège de la Société de Saint-Vincent de Paul (SSVP) doit faire le lien entre ses septante entités réparties dans toute la province et (...)
16 juillet 2018    Analyses    Transition

Agricovert : quand l’insertion sociale se met au vert

Insertion professionnelle, mixité sociale dans l’entreprise, réflexion sur l’accès pour tous à une alimentation saine… Coopérative à finalité sociale proposant du (...)
6 juillet 2018    Analyses    Migrants/société

Frontières ouvertes ou Etat providence ?

Analyse de la carte blanche de Bart De Wever
Le 24 janvier 2018, Bart De Wever publiait une carte blanche intitulée « la gauche doit choisir entre des frontières ouvertes et l’Etat providence ». Dans les (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr

logo Entraide et Fraternité - Pour que la Terre tourne plus JUSTE !
logo Education - Fédération Wallonie-Bruxelles
logo Miteinander Teilen