Inscription à l'infolettre

  • Vivre Ensemble utilisera les informations fournies sur ce formulaire pour vous envoyer par e-mail des actualités et informations de notre association.
    Nous n’utilisons pas de service externe pour l’envoi de notre infolettre, vos données ne seront pas transmises à des tiers.

    Vous pouvez résilier votre inscription à tout moment en cliquant sur le lien de désinscription présent dans toutes nos infolettres ou en nous contactant à newsletter chez vivre-ensemble.be. Nous traiterons vos informations avec respect.
    Pour plus d’informations sur nos pratiques de confidentialité, veuillez lire nos conditions d’utilisation du site Internet.

    En cliquant ci-dessous, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

logo Entraide et Fraternité

Economie, société

Austérité : autopsie des idées reçues

Les arguments invoqués pour légitimer les politiques d’austérité ne sont pas fondés. Cette analyse se propose de déconstruire les idées reçues véhiculées par les gouvernements pour imposer l’austérité.

PNG Pour le gouvernement Michel, comme pour le gouvernement Di Rupo, mais de manière moins radicale pour ce dernier, et comme pour beaucoup de gouvernements européens, l’objectif est de réduire la dette publique et de mener une politique de croissance économique visant à renforcer la compétitivité de l’économie belge et assurer ainsi la création d’emplois .

Le schéma économique théorique de l’austérité est le suivant : pour réduire la dette publique, il faut réduire les dépenses publiques (services publics et sécurité sociale), réduire le coût du travail (par exemple par un saut d’index) et alléger la fiscalité des entreprises. Si l’on réduit les dépenses publiques, on regagne la confiance des marchés (agences de notation), les taux d’intérêts diminuent (l’État peut emprunter pour moins cher) et le déficit se réduit. Si l’on réduit le coût du travail et la fiscalité des entreprises, la compétitivité des entreprises, c’est-à-dire leur capacité à affronter de nouveaux concurrents sur le marché, est améliorée. Les entreprises nationales peuvent donc gagner de nouveaux marchés (nationaux ou internationaux). Plus de nouvelles entreprises sont créées, plus d’entreprises étrangères investissent sur le marché national et donc des emplois sont créés. L’amélioration de la compétitivité globale de l’économie relance la croissance, les recettes publiques augmentent donc et les déficits publics se réduisent.

Malheureusement, ces résultats attendus ne se produisent jamais. Pour comprendre pourquoi, lisez cette analyse.

Analyse - Austérité : autopsie des idées reçues
TéléchargerConsulter




Articles en rapport

19 juillet 2019    Analyses

Le développement durable remis en question

Il y a 30 ans, apparaissait la notion de développement durable. Peu à peu, l’ensemble des politiques ont dû s’inscrire dans cette perspective. Pourtant la (...)
24 avril 2019    Analyses

L’impôt,

une contribution pour réduire les inégalités
La "fiscalité est injuste" dénoncent les Gilets jaunes. La critique n’est pas neuve. L’impôt devrait pourtant contribuer à réduire les inégalités. Retour sur une (...)
30 octobre 2018    Analyses    Migrants et société

L’Italie : laboratoire de l’Europe

Cet été, l’Italie a été le théâtre de nombreux actes à caractère raciste. Alors que le discours et les mesures anti-migrants se durcissent, portons notre regard au (...)

Retrouvez-nous sur : facebook twitter youtube flickr